Cité jardin Floréal

2022

Localité

Watermael-Boitsfort

Maître d’ouvrage

Le Logis Floréal

Type

Performance

Auteur de projet composé de l’association momentanée

JAA srl pour l'architecture
MC CARRE sprl pour la stabilité

Le projet consiste en un réaménagement d’un logement existant à l’étage et sous combles situé dans un immeuble classé comprenant 4 logements (2 au rez-de-chaussée et 2 à l’étage). Le réaménagement consiste essentiellement à déplacer la salle de bain dans les combles afin de créer une cuisine de surface adaptée et un wc séparé, ainsi que la démolition de paroi non portante dans le séjour, le déplacement d’une baie de communication entre le hall et le séjour. Les combles ne sont actuellement pas aménagés, mais sont accessibles par un escalier en mauvais état qui est à remplacer. Nous proposons l’aménagement d’une chambre pour l’occupation d’une personne, d’une nouvelle salle de bain et d’un espace de grenier qui comporte également les installations techniques (chaudière individuelle avec production ECS et système double flux). La surface utilisable des combles nous semble en effet intéressante à aménager pour offrir un plus grand espace au séjour et maintenir le nombre de chambres actuelles (2 chambres) Au niveau de la stabilité du bâtiment, les démolitions et percements de parois ne concernent qu’un mur réellement porteur ; le mur partiellement démonté entre la cuisine et la future chambre, même s’il est épais, ne participe pas à la stabilité du bâtiment vu que le plancher porte dans l’autre sens. Le déplacement d’une baie existante avec démolition partielle du mur porteur central nécessite le remplacement du linteau et du béton qui est en très mauvais état tel que demandé par les ingénieurs en stabilité. Le déplacement de l’ouverture de la porte permet d’améliorer la communication entre la cuisine et le séjour. Le linteau situé au-dessus de l’escalier étant également en très mauvais état a été remplacé à la demande de la stabilité. Le mauvais état du béton "caverneux" nécessite la réfection des têtes de mur pour obtenir un bon appui des nouveaux linteaux (mesures conservatoires). D’autre part, les maisons réalisées avec des murs en béton "caverneux" sont fort fissurées. Ce béton étant assez "léger" et non ou légèrement armé, l'apparition de fissures est fréquente surtout au niveau des poutres et linteaux de façade. Il est donc nécessaire de consolider ces linteaux pour stopper l'apparition des fissures. Afin de limiter au maximum l'impact "stabilité", nous avons opté pour des plats métalliques (qui seront invisibles après les finitions) et des ancrages chimiques (invisibles également). D'autres solutions existaient, mais beaucoup plus "lourde" au niveau stabilité (placement de poutrelles sous le béton existant (diminution de la hauteur de la fenêtre) ou à la place du linteau existant (démolition du linteau existant). Le système proposé de conservation a donc été proposé en veillant à limiter l'intervention de stabilité à la dimension des linteaux. Les linteaux susceptibles d’être renforcés par ce système sont repris dans les plans de situation projetée ; des sondages préalables et l’avis du bureau d’études en stabilité ont été requis avant la décision de prendre ces mesures de renforcement locales. Les calculs de résistance à la traction ont été réalisés sur des murs de constitution similaire et les résultats ont été précédemment transmis à la DPC. De façon générale, toutes les interventions sur l’enveloppe extérieures respectent les prescriptions du Plan de Gestion Patrimoniale (PGP) et ne nécessitent donc pas de permis d’urbanisme. Elles se limitent donc au remplacement de châssis non conformes et à la réparation des châssis conformes, à la reconstruction d’une lucarne d’origine en façade arrière (qui éclairera la nouvelle salle de bain) et à la transformation de la lucarne à toit plat en façade à rue en lucarne à colombage tel qu’à l’origine.